Blog navigation

Derniers articles

Comment lire une étiquette pour reconnaître un vrai champagne ?

3316 Vues
 

Le Comité Champagne dont l'une des missions est de défendre l’Appellation d’Origine Contrôlée Champagne, vous informe que le nom Champagne est invariable.

Champagne est une Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) qui désigne exclusivement un vin mousseux élaboré en France, dans la Champagne viticole, selon des méthodes strictement définies par la loi.

Ainsi, dire d'un Champagne qu'il est français est un plénoasme et user de la mention Champagne pour qualifier des vins effervescents d'origine étrangère serait une utilisation abusive de l'AOC.

Distinguer le Champagne des autres vins effervescents

Pour distinguer le Champagne des autres vins effervescents, il faut savoir lire l'étiquette. Sur cette dernière, certaines mentions obligatoires donnant des indications précises sur l'origine du vin et son élaboration doivent apparaître.


Comment Reconnaître un vrai Champagne : lire l'étiquette

Le nom ou la raison sociale de l’élaborateur, le nom de la commune de son siège social et le nom «France» (+ le nom de la commune où le vin est élaboré si différent du siège social),

Un numéro d’immatriculation professionnelle délivré par le Comité Champagne précédé des initiales qui renseignent sur la catégorie professionnelle de l’élaborateur,

L’identification du lot (ou directement sur la bouteille),

La mention des allergènes (par exemple anhydride sulfureux, sulfites ou dioxyde de soufre...),

La mention « la consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l’enfant»*

Le logo « point vert » pour l'élaborateur qui a souscrit un contrat pour la récupération des emballages avec une société agréée,

 Le cas échéant, l’année du millésime ou telle ou telle particularité de la cuvée (blanc de blancs, rosé, blanc de noirs, etc.),

Des informations sur les cépages, la date de dégorgement, les caractéristiques sensorielles, des associations mets et vins, etc...

La mention "Produit de France"

* Mention ou le logo  (n'est obligatoire que sur certains marchés)


Les mentions obligatoires

Certains détails doivent obligatoirement apparaître sur l’étiquette :

    la mention “champagne”
    la marque ou la maison qui a mis le vin en bouteille
    la teneur en sucre ou dosage qui caractérise le type de vin (brut, sec…)
    le volume de la bouteille (en cl ou ml)
    le nom de l’élaborateur
    la commune d’élaboration
    le pays d’origine
    le numéro d’immatriculation professionnelle délivré par le CIVC (et son statut)


Les autres mentions

D’autres mentions peuvent apparaître sur les étiquettes, bien qu’elles ne soient pas obligatoires comme les précédentes.

    le titre alcoométrique volumique (% vol.)
    la mention des allergènes
    la mention « la consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l’enfant » où son logo
     le « point vert » pour les producteurs s’étant engagés dans un contrat de récupération des emballages
    l’année de production d’un millésime
    les particularités de cuvées (rosé, blanc de blanc…)


Les étiquettes

Sur la bouteille de champagne est disposée une étiquette dans le but d’informer le consommateur, et d’y faire figurer les mentions obligatoires.

Cette étiquette est un peu comme la pièce d’identité de la bouteille. Effectivement, c’est là que l’on retrouve toute son histoire : d’où elle provient, le producteur, les cépages utilisés… et ses caractéristiques : son degré d’alcool, sa contenance…

Ce qui doit sauter aux yeux en premier lieu, c’est l’A.O.C. “Champagne”, c’est l’appellation qui vous garantit la provenance de votre vin. En second lieu, le nom de la maison ayant produit cette bouteille, en général, les grandes maisons l’affichent fièrement. Ensuite, c’est le lieu d’élaboration. Effectivement, c’est une obligation de la loi. Un autre indication claire, c’est le dosage, à savoir combien de sucre votre bouteille comprend. Vous en saurez plus grâce aux appellations “brut”, “sec”, “non dosé”…

Sur certaines bouteilles, on peut aussi voir le notion “Produit de France” apparaître. Le but est de toujours apporter une confirmation en plus quant à la provenance du produit et sa qualité.

Sur d’autres, vous pouvez de temps en temps voir ce qu’on appelle une “récompense”. Lorsque un viticulteur en reçoit une, on peut la voir via une tierce étiquette apposée dessus, ou à l’aide d’une collerette située sur le col de la bouteille. Elle peut aider les consommateurs à faire leur choix s’ils ne disposent pas de connaissance suffisantes ou que celui-ci n’est pas accompagné d’un caviste. Elle permet également de renforcer les ventes lorsque la vente de champagne se fait sur internet.


Deux petites lettres bien utiles…

On retrouve également sur l’étiquette deux petites lettres qui en disent long sur l’origine de la bouteille. Elles apparaissent obligatoirement en bas de l’étiquette, perdues parmi les indications de volume d’alcool ou de contenance de la bouteille. On peut déceler deux petites lettres qui nous informent sur le statut du producteur de la bouteille. Il y a neuf propositions possibles :

Les catégories professionnelles des élaborateurs se déclinent ainsi :


NM Négociant manipulant

Il s’agit d’une personne physique ou morale qui, en plus des raisins issus de ses propres vignes - si elle en possède -, achète des raisins, des moûts ou des vins et assure leur élaboration dans ses locaux.


RM Récoltant manipulant

Il assure l'élaboration, dans ses locaux, des seuls vins issus de sa récolte.


RC Récoltant-coopérateur

Il livre des raisins issus de sa récolte à sa coopérative puis reprend de sa coopérative des moûts ou des vins en cours d'élaboration ou prêts à être commercialisés.

CM Coopérative de manipulation

Elle élabore, dans ses locaux, les vins provenant des raisins de ses adhérents.


ND Négociant distributeur

Il achète des vins en bouteilles terminées sur lesquelles il appose, dans ses locaux, un étiquetage.


MA Marque d'acheteur

L'élaborateur, qu'il soit négociant, récoltant ou coopérative, vend des bouteilles terminées et habillées à la marque du client acheteur des bouteilles.

SR Société de récoltants

Elle élabore les vins provenant de la récolte de ses membres appartenant à la même famille et les commercialise.

Indication réservée aux marques des grandes enseignes de distribution, c’est une marque déposée. L’élaborateur vend ses bouteilles habillées de la marque déposée, que ce soit un négociant, récoltant ou coopérative.

Cependant, aucune de ces mentions ne garantit un bon champagne ou non, le mieux pour le savoir, c’est donc de le goûter !


carte d'identité champenoise

La législation exige que le nom du village où se trouve la maison soit inscrit sur l'étiquette. Celle-ci ne précise donc pas systématiquement la localisation des vignes.

La mention de la quantité de champagne doit également figurer sur l'étiquette. Le plus courant est le Brut, avec au moins 12 g de sucre par litre, mais la tendance se fait de plus en plus par des cuvées Extra Brut (0 à 6 g de sucre par litre), voire Brut Natures (sans sucre ajouté).

Viennent ensuite d'autres indications non obligatoires, comme le classement sur l'échelle du veau champenois. Le terroir champenois est divisé en 3 classes selon la qualité des raisins (même si la taille de ce petit vignoble est controversée). Le Grand Cru est le niveau le plus élevé de l'appellation, impliquant seulement 17 villages, suivi des appellations Premier Cru, et enfin des appellations Autres Crus, comprenant le reste du terroir.


Informations sur la fabrication du champagne

On a également constaté sur les étiquettes de certaines cuvées, Blanc de Blancs vins produits exclusivement à partir du cépage Chardonnay, le seul blanc des trois cépages champenois. Au lieu de cela, les références aux Blancs de Noirs renvoient à des cuvées issues de cépages noirs : Pinot Noir et Pinot Meunier.

On peut également voir l'indication Rosé de Saignée, ce qui signifie que le champagne rosé n'est pas obtenu par ajout de champagne rouge mais par macération de raisins (Pinot). Cette méthode n'est pas répandue dans la région et peut fournir une cuvée plus corsée avec un caractère plus fort.

L'existence d'un millésime indique que tous les raisins utilisés pour l'élaboration de la cuvée proviennent du même millésime. Il arrive parfois que certains vignerons choisissent de ne pas déclarer le millésime, alors même que la cuvée ne contient qu'une seule récolte de raisins. Si l'année est indiquée sur l'étiquette, elle doit également être indiquée sur le bouchon.

Les dattes de scories figurent également sur certaines cuvées. Si la pratique se généralise, elle reste minoritaire. Cela permet aux connaisseurs de savoir combien de temps le champagne a été vieilli sur lies.

Enfin, il existe de rares « Clos » en Champagne, à partir desquels leurs propriétaires élaborent souvent une cuvée épisodique, qui est notée sur l'étiquette.


Contre-étiquette

Le dos de la bouteille est ce qu'on appelle une contre-étiquette. Toutes les bouteilles n'en ont pas, mais si c'est le cas, nous vous recommandons de regarder de plus près.

Vous y trouverez des informations précieuses telles que les noms des cépages utilisés pour produire le Champagne, des suggestions de dégustation, des suggestions d'accords mets et vins, les caractéristiques du terroir... mais surtout, pour les amateurs de Champagne, la date de fuite ! C'est elle qui a annoncé combien de temps le champagne avait vieilli.

Eh bien, vous en savez plus sur la façon de choisir du vrai champagne. En attendant de découvrir comment conserver et déguster le champagne, nous vous proposons de découvrir les qualités de la maison KRUG.