Champagne Taittinger

La famille Taittinger, à la tête de la Maison depuis près d’un siècle, a pour quête permanente l’excellence . « Avoir le nom de notre famille sur une bouteille impose une responsabilité et une exigence de chaque instant. Cette signature porte à la fois le savoir-faire du passé et l’engagement pour demain », aime dire Pierre⁠-⁠Emmanuel Taittinger. Un engagement qu’il incarne depuis 40 ans et qu’il partage aujourd’hui avec son fils Clovis et sa fille Vitalie au sein de l’équipe dirigeante de la Maison "Champagne TAITTINGER". Tous forment une équipe soudée et très complémentaire.

La maison de champagne TAITTINGER

Arts de Vivre Taittinger Collection

Au début des années cinquante, durant son premier voyage aux Etats-Unis pour promouvoir le champagne Taittinger, Claude Taittinger rencontre Rudy Kopf. Celui qui deviendra le partenaire de la Maison pour la diffusion de Taittinger outre-Atlantique lui pose alors la question : « Dans le monde de demain, il n’y aura de place que pour les géants et les artistes. Quelle position choisissez-vous pour le Champagne Taittinger ? ». Claude Taittinger répondra sans hésiter : « Les artistes ! », marquant ainsi l’orientation qu’il donnera au style de la Maison lorsqu’il la dirigera 10 ans plus tard. Durant trois décennies, il positionnera en effet la marque dans un univers d’émotions et d’élégance, avec notamment la création du Prix Culinaire Taittinger en 1967 et celle de la Taittinger Collection en 1983. Car, au-delà de l’excellence et de la personnalité de ses vins, le style Taittinger est aussi l’art de savoir « sortir du cadre » de la tradition, en s’associant à d’autres formes d’expression de bonheurs à partager…

En 1983, Claude Taittinger crée la Taittinger Collection ; il va obtenir le concours de quelques-unes des plus grandes signatures contemporaines de l’art, pour une mise en valeur des Grands Crus millésimés de la Maison.

La bouteille devient à la fois support et champ d’inspiration pour une création signée comme une œuvre par un artiste prestigieux. L’artiste hongrois Vasarely créera la première pièce de cette galerie d’art unique, enrichie au fil des éditions de la contribution d’André Masson, de Roy Lichtenstein, d’Imaï, de Rauschenberg ou encore d’Amadou Sow. En 2016, la dernière édition en date s’habillera d’une œuvre du célèbre photographe franco-brésilien Sebastião Salgado. A déguster avec les yeux, avec les papilles, ou encore à conserver jalousement, ces bouteilles tirées en édition limitée ne sont malheureusement plus toujours accessibles.

La Taittinger Collection ne compte que 13 éditions, aussi prestigieuses que rares, pour lesquelles Taittinger met en lumière certains de ses plus beaux millésimes sublimés par la création d’artistes légendaires. Découvrez cette galerie unique au monde…

Arts de Vivre Le prix culinaire

Depuis plus de 50 ans, le « Taittinger » célèbre l’art culinaire français. Il récompense le talent de jeunes chefs à l’issue d’une compétition internationale très sélective. Devenu au fil des années un véritable graal pour les chefs du monde entier, ayant à cœur de sublimer tradition et création, ce concours met en lumière le travail, le métier, la passion et le sens de l’excellence de ces artistes du goût. Il partage ainsi l’esprit et les valeurs mêmes de la Maison Taittinger…

L’Histoire, Le goût des autres
Pierre Taittinger, fondateur de la Maison, était un grand gastronome. Député du 1 er arrondissement de Paris, proche des Halles, il se laissait souvent guider par un fumet ou le bruit des couverts.

Son intérêt pour les bonnes tables et sa connaissance de la grande cuisine française lui ouvrirent même les portes de l’Académie des Gastronomes, fondée par Curnonsky, le prince des gastronomes. En hommage à son père, Claude Taittinger crée en 1967 le « Prix Culinaire International Pierre Taittinger », qui deviendra en 2007 « Le Taittinger », dont la vocation est de défendre et de promouvoir l’excellence de la gastronomie française.

Le concours, Un art de vivre partagé
En 2018, la 52 ème édition du Prix Taittinger a célébré pour la deuxième fois seulement depuis sa création un chef japonais, Kenichiro Sekiya, disciple de Joël Robuchon et Chef de l’Atelier Joël Robuchon de Tokyo. Le second Chef récompensé est le candidat suisse Antony Maillet, second au Floris à Genève, 2 étoiles au guide Michelin. La troisième position est, quant à elle, attribuée au britannique Tom Scade, sous-chef du Ritz à Londres.

Le Prix Taittinger s’est ainsi une nouvelle fois enrichi de nombreuses influences multiculturelles, pour le rayonnement international de l’excellence de la cuisine française. Au-delà du concours réservé aux jeunes chefs professionnels, le Prix se décline aussi, depuis 2009, avec une compétition parallèle, ouverte aux amateurs : le Cooking Talent, anciennement nommé Cordon Bleu, destiné à mettre en lumière le talent de tous les amoureux de gastronomie, qui, au quotidien, oeuvrent à l’ombre des cuisines familiales.