Champagne Taittinger

La famille Taittinger, à la tête de la Maison depuis près d’un siècle, a pour quête permanente l’excellence . « Avoir le nom de notre famille sur une bouteille impose une responsabilité et une exigence de chaque instant. Cette signature porte à la fois le savoir-faire du passé et l’engagement pour demain », aime dire Pierre⁠-⁠Emmanuel Taittinger. Un engagement qu’il incarne depuis 40 ans et qu’il partage aujourd’hui avec son fils Clovis et sa fille Vitalie au sein de l’équipe dirigeante de la Maison "Champagne TAITTINGER". Tous forment une équipe soudée et très complémentaire.

Arts de Vivre Taittinger Collection

Au début des années cinquante, durant son premier voyage aux Etats-Unis pour promouvoir le champagne Taittinger, Claude Taittinger rencontre Rudy Kopf. Celui qui deviendra le partenaire de la Maison pour la diffusion de Taittinger outre-Atlantique lui pose alors la question : « Dans le monde de demain, il n’y aura de place que pour les géants et les artistes. Quelle position choisissez-vous pour le Champagne Taittinger ? ». Claude Taittinger répondra sans hésiter : « Les artistes ! », marquant ainsi l’orientation qu’il donnera au style de la Maison lorsqu’il la dirigera 10 ans plus tard. Durant trois décennies, il positionnera en effet la marque dans un univers d’émotions et d’élégance, avec notamment la création du Prix Culinaire Taittinger en 1967 et celle de la Taittinger Collection en 1983. Car, au-delà de l’excellence et de la personnalité de ses vins, le style Taittinger est aussi l’art de savoir « sortir du cadre » de la tradition, en s’associant à d’autres formes d’expression de bonheurs à partager…

En 1983, Claude Taittinger crée la Taittinger Collection ; il va obtenir le concours de quelques-unes des plus grandes signatures contemporaines de l’art, pour une mise en valeur des Grands Crus millésimés de la Maison.

La bouteille devient à la fois support et champ d’inspiration pour une création signée comme une œuvre par un artiste prestigieux. L’artiste hongrois Vasarely créera la première pièce de cette galerie d’art unique, enrichie au fil des éditions de la contribution d’André Masson, de Roy Lichtenstein, d’Imaï, de Rauschenberg ou encore d’Amadou Sow. En 2016, la dernière édition en date s’habillera d’une œuvre du célèbre photographe franco-brésilien Sebastião Salgado. A déguster avec les yeux, avec les papilles, ou encore à conserver jalousement, ces bouteilles tirées en édition limitée ne sont malheureusement plus toujours accessibles.

La Taittinger Collection ne compte que 13 éditions, aussi prestigieuses que rares, pour lesquelles Taittinger met en lumière certains de ses plus beaux millésimes sublimés par la création d’artistes légendaires.

La maison de champagne TAITTINGER

Arts de Vivre - Le prix culinaire

Depuis plus de 50 ans, le « Taittinger » célèbre l’art culinaire français. Il récompense le talent de jeunes chefs à l’issue d’une compétition internationale très sélective. Devenu au fil des années un véritable graal pour les chefs du monde entier, ayant à cœur de sublimer tradition et création, ce concours met en lumière le travail, le métier, la passion et le sens de l’excellence de ces artistes du goût. Il partage ainsi l’esprit et les valeurs mêmes de la Maison Taittinger…

L’Histoire, Le goût des autres
Pierre Taittinger, fondateur de la Maison, était un grand gastronome. Député du 1 er arrondissement de Paris, proche des Halles, il se laissait souvent guider par un fumet ou le bruit des couverts.

Son intérêt pour les bonnes tables et sa connaissance de la grande cuisine française lui ouvrirent même les portes de l’Académie des Gastronomes, fondée par Curnonsky, le prince des gastronomes. En hommage à son père, Claude Taittinger crée en 1967 le « Prix Culinaire International Pierre Taittinger », qui deviendra en 2007 « Le Taittinger », dont la vocation est de défendre et de promouvoir l’excellence de la gastronomie française.

Le concours, Un art de vivre partagé
En 2018, la 52 ème édition du Prix Taittinger a célébré pour la deuxième fois seulement depuis sa création un chef japonais, Kenichiro Sekiya, disciple de Joël Robuchon et Chef de l’Atelier Joël Robuchon de Tokyo. Le second Chef récompensé est le candidat suisse Antony Maillet, second au Floris à Genève, 2 étoiles au guide Michelin. La troisième position est, quant à elle, attribuée au britannique Tom Scade, sous-chef du Ritz à Londres.

Le Prix Taittinger s’est ainsi une nouvelle fois enrichi de nombreuses influences multiculturelles, pour le rayonnement international de l’excellence de la cuisine française. Au-delà du concours réservé aux jeunes chefs professionnels, le Prix se décline aussi, depuis 2009, avec une compétition parallèle, ouverte aux amateurs : le Cooking Talent, anciennement nommé Cordon Bleu, destiné à mettre en lumière le talent de tous les amoureux de gastronomie, qui, au quotidien, oeuvrent à l’ombre des cuisines familiales.

Comtes de Champagne
bouteille Champagne Taittinger
Champagne Taittinger flûte bouteille

Parti de rien ou presque, dans les sombres années 1930, la famille Taittinger s’est élevée à la sixième place des maisons de champagne, avec des ventes annuelles allant jusqu’à 6 millions de bouteilles. Dans le domaine, le patron est aussi rafraîchissant que ses vins sensuels à base de chardonnay.

«Le sexe a joué un rôle considérable dans le succès du champagne. Cela remonte jusqu'aux maîtresses de Louis XIV », déclara un jour le président de Taittinger. «Je ne cesse de dire à mes confrères que le champagne est un symbole de plaisir, de joie de vivre, de séduction et de sexe. N'est-ce pas une chose que nous devrions célébrer? »

Dans la région, Pierre-Emmanuel Taittinger est une véritable bouffée d'air frais. Homme de passion, chaleureux et spirituel, il entre dans l'entreprise en 1976, 44 ans après la fondation de la Maison par son grand-père. Pierre, jeune officier, est cantonné pendant la Première Guerre mondiale au château de la Marquetterie, près d'Épernay.

Après la guerre, il achète le château et ses quelques hectares de vignobles, puis acquiert la Maison Forest-Fourneaux, fondée en 1743, qu'il rebaptise Taittinger. La famille achète et restaure la maison des comtes de Champagne, à Reims, où elle S'installe en 1933. Enfin, elle se porte acquéreur des caves du XIIe siècle de l'abbaye Saint-Nicaise, où elle fera vieillir la cuvée des Comtes de Champagne.

Très vite, Pierre et ses fils, Jean et François, achètent des vignobles. «C'était une décision stratégique», explique Clovis Taittinger, fils de Pierre-Emmanuel, qui pense que si les deux frères avaient vécu plus longtemps, ils auraient pu aller jusqu'à 800 hectares et plus. Quoi qu'il en soit, une décision judicieuse à l'époque où la terre ne vaut rien comparé au prix actuel de 1 million d'euros pour un hectare de vignes honorables. À présent, Taittinger détient 250 hectares, dont 70 environ dans l'Aube où la Maison a commencé, dès les années 1960, à acquérir des sites de qualité de pinot noir et de chardonnay - encore une longueur d'avance sur la plupart de ses concurrents.

Dans ces années, c'est Claude Taittinger qui est aux commandes et qui, selon Clovis, «élabore le style révolutionnaire, frais et élégant. Le champagne était alors surtout composé de pinot et mûrissait en fûts traditionnels, tandis que le Taittinger, fondé sur du chardonnay, était plus féminin et plus sophistiqué. Sans bois, sans masque et extrêmement sensuel. » Son père provoqua un petit scandale à l'occasion de la promulgation de la loi Evin - interdisant la publicité pour l'alcool, entre autres - en déclarant que le plus gros rival du champagne ne venait pas des autres vins effervescents, mais du Viagra.

Le summum de la foi de Taittinger dans le chardonnay s'exprime dans son Comtes de Champagne Blanc de Blancs, assemblage millésimé issu des meilleurs villages comme Avize, Cramant ou Le Mesnil-sur-Oger, dont la première édition date de 1952. Le vieillissement de 5 % du mélange en fût de chêne neuf apporte un soupçon d'épices et de rondeur, et l'assemblage est ensuite mûri dix ans en cave. En 1966, la Maison édite un Comtes de Champagne Rosé avec 70 % de pinot noir des meilleurs clos de la montagne de Reims.

La famille se développe pour englober des hôtels de luxe, comme le Crillon de Paris, une maison de parfum et la cristallerie Baccarat. La position Taittinger paraît donc inébranlable lorsque Pierre-Emmanuel remplace son oncle Claude en 1998. Mais la surface se fissure et, lorsqu'une chaîne hôtelière américaine fait une proposition de rachat, en 2005, six des sept branches de la famille votent pour. Or, les Américains ne s'intéressent pas à la filière champagne, qui se retrouve donc sur le marché. Avec le soutien du Crédit Agricole, Pierre-Emmanuel l'emporte miraculeusement sur dix autres propositions, et reprend les rênes de Taittinger pour la somme de 660 millions d'euros en mai 2006. Pour fêter ça, il affirme avoir bu une bouteille de Comtes de Champagne avec sa femme et sa fille Vitalie.

La nouvelle est bien accueillie dans la région. Cette Maison familiale est-elle hors de danger? « Nous venons d'enregistrer cinq des meilleures années de tous les temps, précise Clovis. La passion est toujours là, de même que l'ambition, mais nous ne tiendrons jamais rien pour acquis. »

Grand Cru Taittinger Comtes de Champagne

Maison taittinger

Cuvée taittinger

Comte de champagne prix

Comte de champagne blanc de blancs