Menu

Dans quel verre faut-il boire du champagne, une coupe ou une flûte ?

Les amateurs de champagne débattent depuis des générations de flûte ou de coupe, et si vous pensez que ce vieil argument gâcherait votre réveillon, sachez que les professionnels ont leur avis sur le sujet. Sommeliers et producteurs ne doutent pas que ce sera du champagne servi sans flûte ni coupe. La flûte est trop étroite : les bulles viennent chatouiller le nez, masquant les arômes. La coupe est trop large, les laissant s'échapper de chaque côté des narines.

Le champagne est un vin, et comme tous les vins, il sent et goûte comme les autres. Cependant, le champagne a la particularité d'être considéré comme une boisson festive, et les professionnels recommandent un verre en forme de flûte, mais avec le milieu arrondi. Le verre doit être allongé comme une flûte, mais arrondi au milieu. Un verre en forme d'œuf qui ressemble à un ballon de rugby est également considéré comme idéal. La raison en est à cause des bulles dans le champagne, qui affecteraient le goût du vin si le verre était droit. Andreas Larsson, nommé meilleur sommelier du monde en 2007, pense que le meilleur verre serait un verre en forme de flûte avec une base plus large et une bouche étroite. Le verre doit mettre en valeur le goût et l'odeur de la boisson, dit-il. Cependant, selon Larsson, de nombreux restaurants et bars servent encore du champagne dans des verres qui ne sont pas au niveau.

Philippe Jamesse est le sommelier des Crayères, un restaurant gastronomique à Reims. L'un des meilleurs spécialistes du domaine, il y a développé quatre modèles de verres à vin qui lui sont spécifiquement destinés. Les verres ont été développés par une verrerie de la région, et ils procurent des sensations particulières que les autres verres à vin ne peuvent pas, dit Philippe.

Lorsque vous lavez des verres à l'eau chaude, il est important d'utiliser un détergent conçu pour les températures élevées.

Le sommelier privilégie les verres ronds, estimant qu'ils conviennent mieux au service du vin. Il veille à tenir compte de la montée de l'effervescence dans le verre, voulant que le fond du verre soit pointu en V mais aussi pointu pour que les bulles puissent s'élèvent dans de hautes cheminées. Le milieu du verre devrait être aussi large qu'un verre à vin, selon le sommelier, car un matériau qui est étiré a plus de capacité à se dilater et favorise l'odeur.

Les bulles transportent l'arôme du fond du verre jusqu'au nez. Le consommateur doit savoir que c'est l'effervescence qui fait cela, et doit resserrer sa prise du verre. Le consommateur doit également laver ses verres à l'eau chaude (sans savon) pour produire de belles bulles.

Le chef Arnaud Lallement de l'Assiette champenoise (un autre restaurant gastronomique de Reims), affirme également que les attentes des clients influencent souvent la façon dont le champagne est servi. Il admet avoir changé son style pour répondre à leurs besoins, bien qu'il pense que les différentes bouteilles sont agréables. Pour un apéritif pétillant, Arnaud dit que les millésimes plus anciens et les champagnes plus vifs sont servis dans des flûtes en forme de losange plus larges, tandis que les vins sont versés dans des verres à Bourgogne plus larges.