Menu
Directeur Dom pérignon Vincent Chaperon

Dom Pérignon Rosé : La vibrante exploration

Quand Dom Pérignon est devenu un rosé, c'est au nom de l'audace : briser les règles de l'élaboration champenoise, repousser les limites de la créativité. Inspiré par cette envie d'oser, Dom Pérignon Rosé capture le rouge du Pinot Noir dans son éclat brut et sa sophistication dans un mélange d'insouciance et d'hypothétique. Le rosé Dom Pérignon s'est développé grâce à une transformation lente et maîtrisée en cave pendant près d'une douzaine d'années, révélant un caractère intense mais naturel, clair-obscur et magnétique.  Le Champagne Dom Pérignon Rosé Découvrez des millésimes vibrants, corsés/puissants.

L’INSOLENCE DE L’ANNEE 2008

Lorsque Dom Pérignon est devenu Rosé, c'est au nom de l'audace : briser les règles de l'élaboration champenoise et repousser sans cesse les limites de la création. De cette envie d'oser, Dom Pérignon Rosé capture le rouge du Pinot Noir dans son éclat brut et sa complexité dans une hypothèse téméraire. Le rosé Dom Pérignon s'est développé en cave par une transformation lente et maîtrisée de près de 12 ans, montrant un caractère fort et remarquable, clair-obscur, captivant. Dom Pérignon Rosé a ouvert un territoire inexploré au champagne rosé.

UN ASSEMBLAGE RADICAL

Ce fruité fort et net, cette persistance aromatique très forte, cette cohérence parfaite ouvre le champ de tous les possibles. Dom Pérignon s'affranchit du canon champenois et réinterprète la tradition en présentant le millésime 2008 des "Chants de Linottes" d'Hautvillers et des "Vauzelles" d'Aÿ par des assemblages téméraires sur le Pinot Noir. Leur fruité et leur structure confèrent à la précision et à la brillance naturelle du vin une finale plus riche et plus intense. L'harmonie est la quête fondatrice de Dom Pérignon, où elle se fonde sur les contrastes et les contraires, frisant parfois les contradictions.

LES SAISONS

Le Dom Pérignon rosé 2008 s'inscrit dans une décennie ensoleillée. Dans son cœur, le millésime se démarque : gris et nuageux, printemps et été caractérisés par un manque de chaleur, mais aussi un manque de lumière. Quand - comme 2000, 2006 ou l'iconique 1996 - le soleil et les vents de septembre renversent la vapeur. Alors, à la surprise générale, la maturité tant attendue est essentielle pour s'épanouir dans un équilibre sans précédent.

LE NEZ

Le bouquet s'ouvre immédiatement sur la framboise et la fraise des bois. Des arômes poudrés d'iris et de violette se mêlent rapidement au fruit et s'imposent. En respirant, on aperçoit enfin l'aube verte, plus proche des feuilles de troène, d'angélique et de camphrier.

LA BOUCHE

La sensation initiale est tactile, charnue et soyeuse. Ils se déploient progressivement puis deviennent plus forts. La trame d'acidité, signe du millésime, s'enveloppe dans la structure du Pinot Noir, révélant le cœur du vin. La finale se distingue par des notes de pivoine et de poivre blanc.